Elever un Blob au lycée, c’est possible ? Le comportement du Blob est-il différent dans l’espace ?

Vous êtes professeur des écoles, de collège ou de lycée ? Le CNES, en partenariat avec le CNRS avec le soutien de l’académie de Toulouse, vous propose de participer à la mission Alpha de Thomas Pesquet, astronaute français de l’ESA (agence spatiale européenne). Dès la rentrée 2021-2022 (date à confirmer), vivez une aventure scientifique inédite avec vos élèves : reproduisez l’expérience Blob menée en micropesanteur à bord de l’ISS (Blob-ISS) par Thomas Pesquet et comparez vos résultats avec ceux obtenus à bord de l’ISS. Partagez les résultats de votre expérience Blob-Terre, #EleveTonBlob, sur une page Facebook (groupe privé) dédiée à ce projet.
Ce projet motivant et ludique pourra s’intégrer facilement à vos progressions pour aborder de nombreuses notions des programmes de tous les niveaux. Seul ou en équipe interdisciplinaire, cette initiative vous permettra de travailler des compétences transversales, de valoriser les sciences auprès des élèves, de faire vivre le Parcours Avenir de votre établissement en découvrant de nombreuses carrières scientifiques ou encore de préparer vos élèves au Grand Oral du Baccalauréat dès le collège !

Un projet à valoriser à l’intérieur de l’établissement (via l’ENT, leCDI, les médias propres à l’établissement) et au-delà (médias locaux, liaisons entre établissements…) !
Fin 2021, Thomas Pesquet adressera un message de félicitations aux participants les plus actifs et appréciés sur la page Facebook et des lots leur seront adressés.
Alors, prêts à décoller avec vos élèves ?

Quels peuvent être les effets de la micropesanteur et des rayonnements sur l’évolution de cet organisme ?

Pour répondre à ces questions, l’ISS va accueillir ce locataire un peu particulier :  plusieurs blobs rejoindront la station cet été. Thomas Pesquet sera chargé de les « réveiller » et d’enclencher un système de prises de vues (1 vidéo toutes les 10 minutes) pour suivre leur évolution selon deux protocoles:

  • Le protocole 1, « Exploration », va tester en parallèle l’attitude de 2 blobs dans un environnement sans nourriture.
  • Le protocole 2, « Exploitation », fournira à 2 blobs plusieurs sources de nourriture.

Phase d’hydratation des blobs en laboratoire. © CBI/CRCA/CNES/CNRS Photothèque/David VILLA / ScienceImage, 2021

Sur Terre, les élèves et leurs enseignants compareront leurs observations en s’appuyant sur des photos et vidéos des résultats obtenus dans l’ISS.

Elles seront postées au fur et à mesure de l’expérience sur ce site.

Une page Facebook (privée) sera ouverte prochainement aux classes participant au projet qui pourront ainsi partager leurs résultats, interrogations et conclusions.

https://missionalpha.cnes.fr/fr/mission-alpha/les-experiences-made-france/education

Historique:

Une seule cellule de 10m2 qui fait tout : yeux, oreilles, bouche, estomac, 221 sexes… Ni plante ni animal ni champignon, voici le blob ! Derrière ses allures d’OVNI, cette espèce non-identifiée promet des avancées scientifiques majeures. 

Un jour aux États-Unis une dame trouve dans son jardin une énorme masse jaune de la texture d’une éponge. Les policiers sont appelés et, paniqués, lui tirent dessus, sans aucun effet, les pompiers le brûlent mais, le lendemain, la chose a doublé de taille. C’est un blob. Évidemment, cela a donné lieu à un film d’épouvante :  » Beware of the Blob  » avec Steve Mac Queen. A-delà de l’anecdote, le blob semble immortel. Coupé en morceaux, il cicatrise en deux minutes. Ses seuls ennemis sont la lumière et la sécheresse. Mais il peut  » hiberner », en attendant des jours meilleurs. 
Le blob – ou physarum polycephalum – n’a pas de neurones, mais est capable d’apprendre et de résoudre des problèmes complexes comme les labyrinthes. Il est même doté d’une personnalité. En effet, Les souches se comportent différemment selon leur pays d’origine : L’Américain est plutôt agressif, l’Australien plus pacifique, le Japonais a une tendance à la procrastination…Il est dépourvu de membres mais il bouge, certes lentement. En conditions de laboratoire, il se nourrit de flocons d’avoine et de flans. Bien que dépourvu de cerveau et d’estomac, il parvient à maintenir un apport optimal de nutriments essentiels à sa survie et à sa croissance. 
C’est un hasard qui l’a mis sur le chemin d’Audrey Dussutour spécialiste des fourmis. Depuis la jeune chercheuse toulousaine s’y consacre. Le blob révèle d’étonnantes capacités et les scientifiques vont de découvertes en découvertes. Chacune d’elle ouvre une fenêtre sur notre propre espèce: mystère de nos origines, solutions pour améliorer notre longévité, pistes pour le traitement du cancer, nouvelle façon d’appréhender l’apprentissage…Nous n’avons pas fini d’entendre parler du blob !

https://esero.fr/actualites/elevetonblob-lexperience-educative-du-cnes-pour-la-mission-alpha/

http://kezako.unisciel.fr/category/episodes-video-de-la-serie/

Les protocoles de l’expérience:

Photos de Blob observés dans les Vosges:

Photos d’Anne-Catherine Holl/ Identification: Philippe Defranoux

En savoir plus: http://philippedefranoux.fr/Documents/Philippe_Defranoux.pdf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s