Une expérience historique: la découverte de la transformation bactérienne

Un caractère héréditaire peut-il se transmettre d’une souche bactérienne à une autre souche?

Pour le savoir, analysez l’expérience historique de Frederick Griffith (1928)

Méthode :

Ce chercheur a étudié deux souches de la bactérie Streptococcus pneumoniae.

Les bactéries de la souche S, pour Smooth ou lisses, causent la pneumonie, une inflammation des poumons, chez les souris. Le caractère Smooth est un caractère héréditaire. Ces bactéries sont pathogènes parce que leur capsule les protège contre le système immunitaire des animaux.

Les bactéries de la souche R, pour Rough ou rugueuses, sont dépourvues de capsule et ne sont donc pas pathogènes car le système immunitaire détecte des protéines (d’où l’aspect rugueux) spécifiques portées par la membrane plasmique.

Résultats :

  • L’injection de bactéries S vivantes entraine la mort des souris.
  • L’injection de bactéries R vivantes n’entraine pas la mort des souris.
  • L’injection bactéries S tuées et détruites n’entraine pas la mort des souris.
  • L’injection de bactéries R vivantes mélangées à des bactéries S tuées et détruites entraine la mort des souris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s